Blogue

PATIENCE!

Chantal Binet CAM 2013 - Wisconsin Je suis de retour de mon magnifique voyage de formation au Wisconsin et mon seau est complètement rempli de nouvelles connaissances, de nouvelles relations et d’énergies positives!

Cette semaine je veux vous faire part d’un exercice que nous avons fait et qui m’a amenée à faire des liens avec la façon dont nous approchons la nouveauté.

Lors de notre dernière journée de formation, la facilitatrice nous a demandé de nous mettre 2 X 2 et de nous regarder dans les yeux, en silence, pendant une minute. Je ne sais si vous avez déjà fait cet exercice mais il nous met automatiquement dans un sentiment de malaise car l’être humain n’est pas habitué à se regarder dans les yeux aussi longtemps et en silence.

Heureusement, je connaissais un peu l’homme avec qui j’ai été jumelée (nous n’avions pas le choix avec qui faire l’exercice) et j’avais déjà fait un exercice similaire dans le passé alors ce fut relativement confortable même si la minute nous a parue longue. S’ensuivait une rétroaction sur comment nous avions vécu ce moment.

Tout de suite après la fin de cet exercice, nous avons été jumelés à une autre personne et cette fois-ci nous devions nous regarder dans les yeux, en silence, pendant 3½ minutes. Et là je ne connaissais pas du tout l’homme avec qui j’ai été jumelée. Ouf…quel exercice de contrôle de soi ça demande!

Ensuite, le même scénario s’est rejoué et cette fois-ci pour une durée de 5 minutes! Et encore une fois, je ne connaissais pas l’homme avec qui j’ai été jumelée. Quelle expérience de vivre ces moments « d’intimité » avec des inconnus! Il faut dire que le groupe au sein duquel je me retrouvais était constitué de Maîtres-Coachs, matures, respectueux, aimants et volontaires à faire réussir l’exercice alors, le fait que l’environnement était « sécuritaire » nous permettait d’être confiants et vulnérables à la fois.

Quelle partie de l’exercice fut le plus difficile pour moi vous pensez? Non, ce ne fut pas les 5 minutes mais bien les 3½ minutes! D’abord, la glace avait été brisée par le premier exercice à 1 minute. Et une fois les 3½ minutes passées, les 5 minutes m’ont parues bien plus courtes!

J’ai alors pris conscience que lorsqu’on fait face à une nouvelle tâche (ou lorsqu’on doit s’adapter à une nouveauté) et que c’est ardu au début, il faut vraiment demeuré focalisé et centré sur notre objectif (dans ce cas-ci c’était de rester les yeux dans les yeux, sans rire, en étant zen et centrée pour faciliter la réussite de l’exercice pour mon partenaire et moi) afin de persévérer et rendre l’expérience de la nouveauté plus facile avec la pratique.

Apprendre à se donner une chance, difficile n’est-ce pas? Apprendre à se donner du temps, ça c’est difficile! Nous sommes tellement exigeants face à soi et aux autres. Il faudrait toujours allez plus vite, faire mieux, faire plus, etc!

Se donner une chance, c’est se donner du temps… Pour s’adapter, expérimenter, se pratiquer et éventuellement devenir meilleur face à la nouveauté que nous choisissons ou qui nous est imposée.

Questions du coach :

  • Où êtes-vous en train de perdre patience avec vous actuellement? Avec les autres?
  • Quels sont les jugements que vous êtes en train de nourrir face à vous? Envers ceux qui vous impatientent?
  • Où devez-vous vous donner une chance (du temps) pour bien assimiler la nouveauté? Et aux autres?
  • Quelles actions avez-vous besoin de poser pour faciliter votre expérience de la nouveauté? Comment pouvez-vous faciliter la transition pour ceux qui la vivent aussi?

Que vous soyez dirigeant, gestionnaire ou professionnel, je vous invite à réfléchir à ces questions autant pour votre vie professionnelle que personnelle car habituellement, nous sommes la même personne dans toutes nos sphères de vie…

Bonne inspiration et sur ce, passez une superbe semaine!

Chaleureusement,

Chantal


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *