Blogue

La maturité émotionnelle, un atout de taille

La maturité émotionnelle, un atout de taille - Chantal Binet Coach Inc.Saviez-vous que les gens sont embauchés pour leurs compétences et sont congédiés pour leur attitude?

L’employeur a toujours la possibilité d’investir dans le développement des compétences de ses ressources soit par le biais de la formation ou du mentorat mais qu’en est-il du développement de la maturité émotionnelle de ses troupes?

Je viens d’accompagner une équipe de gestionnaires dans la planification de leur année 2013 et parmi leurs priorités se trouve le défi de faire cheminer un joueur-clé dans l’organisation. Elle brille de par son expertise mais freine l’efficacité et l’expansion de son département de par son attitude négative et fermée face aux nouveaux besoins de la réalité actuelle de l’entreprise et de l’évolution de son poste.

Après plusieurs rencontres de rétroaction sur son comportement et les requêtes de son supérieur immédiat sur les changements souhaités, l’évolution n’est pas au rendez-vous. La personne reste campée dans ses habitudes, ses croyances et ses peurs et cela a un impact direct sur le moral des troupes et l’attitude de ses collègues envers elle. Les coûts qui en découlent en énergie, en temps et en irritants sont en train de dépasser le rendement que cette personne apporte au niveau de ses compétences.

L’employeur a décidé d’une dernière alternative pour l’aider à développer sa maturité émotionnelle par le biais du coaching individuel. Il reconnaît qu’il a sa part de responsabilité dans le développement professionnel de ses employés et s’y investit pleinement et positivement. Cependant, il reconnaît aussi qu’il appartient à son employée de choisir si elle veut évoluer émotionnellement ou si elle préfère rester dans sa zone de confort, devenue inconfortable pour tous. En 2013, ça passe ou ça casse.

Tout changement part d’une prise de conscience et la reconnaissance de « patterns » qui freinent le mouvement vers l’avant. Et cela vaut autant pour le gestionnaire dans son style de leadership et de gestion que pour l’employé dans ses rôles et responsabilités.

Dans mon intention de permettre aux organisations de bien outiller leurs gestionnaires pour faire face à des situations semblables qui touchent le développement et la performance de leurs ressources humaines j’offrirai La Clinique de coaching  les 8 et 9 avril prochains.

Cette formation accréditée par Emploi-Québec (subvention de 50% éligible) vous permettra de développer vos habiletés de coach, de leader et de gestionnaire afin de maximiser le plein potentiel de vos troupes et par le fait même, faciliter l’avancement de vos enjeux au quotidien.

Cette semaine je vous invite à répondre aux trois questions suivantes :

  1. Quelles sont les retombées positives et négatives de mon niveau de maturité émotionnelle actuel sur mon efficacité au travail et dans mes relations professionnelles et personnelles?
  2. Que dois-je cesser immédiatement pour faire un pas vers l’avant?
  3. Comment saurais-je que j’avance dans la bonne direction?

Bonne réflexion et sur ce, passez une excellente semaine!

Chaleureusement,

Chantal


4 commentaires sur “La maturité émotionnelle, un atout de taille

  • Très bon billet Chantal! Cependant, je constate que l’immaturité émotionnelle, si elle est aisément détectable chez autrui, me semble bien difficile à identifier pour soi, du moins tant qu’on est dans la situation! As-tu des trucs pour auto-évaluer notre maturité émotionnelle sans attendre d’avoir le recul? Merci!

    • Excellente question Patricya!

      Pour avoir un indicateur de notre niveau de maturité émotionnelle il est essentiel d’être à l’écoute des situations qui nous arrivent. Par exemple, si les collègues de travail commencent à s’éloigner de nous, si notre patron nous rencontre à répétition pour soulever des changements à effectuer, si l’on se sent « persécuté » par notre entourage ou si nous blâmons la vie pour les « malchances » qui nous arrivent, etc.

      Bref, si l’on se sent « victime » en quelque sorte, il est temps de s’arrêter et faire une introspection de nos comportements, réactions, attitudes afin de cibler les « patterns » que nous entretenons dans nos façons d’être – les pistes de réponses et de solutions sont là 🙂

      Si c’est trop difficile de faire cet exercice seul, il est favorable de demander à quelqu’un en qui nous avons pleinement confiance de nous refléter ce qu’il voit et entend en nous et qui doit évoluer.

      La meilleure action à poser est de laisser son égo de côté et être complètement honnête avec nous. Si on continue de se « battre » pour rester tel quel, aucune évolution de notre niveau de maturité émotionnelle ne pourra se faire…

      En espérant que ça t’éclaire!
      Chantal

      • Merci de ta réponse Chantal! J’aurais aimé avoir ces sages conseils à une autre époque! Là, je pense que ça va plutôt bien au niveau maturité! 😉

        En même temps, ta réponse me donne des idées pour guider mes enfants dans leurs petites introspections… on n’est jamais trop jeune pour être bien outillés! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *