Blogue

2e leçon de 2013 : exprimer ses besoins

D’abord, merci à vous tous pour vos vœux de rétablissement et vos bons conseils, ce fut grandement apprécié! Ça fait chaud au cœur de voir à quel point je suis bien entourée.

Je vais un peu mieux et je suis entre bonnes mains. Mon médecin traitant est vraiment engagée dans mon processus de guérison et elle fait des pieds et des mains pour trouver la source des malaises et les solutions. De mon côté, je fais aussi mes recherches et je mets en actions les démarches pour aller mieux.

C’est lorsque nous sommes limités, de quelques façons que ce soit, que nous pouvons prendre conscience de la qualité des gens qui nous entourent. Mon équipe s’est empressée de me proposer d’autres façons de faire pour respecter mon capital énergétique actuel, mon mari prend soin de toutes les courses et des repas, mes parents se proposent pour m’accompagner à mes rendez-vous et mes clients sont flexibles dans la prise de rendez-vous de nos sessions de coaching. 🙂

Un des apprentissages que je revisite en ce moment est de prendre conscience que c’est lors de ces moments limitatifs que nous sommes interpellés à être à l’écoute de ses besoins et de les honorer. C’est une responsabilité individuelle que nous avons mais nous l’oublions car ce n’est pas ce que nous appris à faire.

Nous avons plutôt appris que c’est égoïste de répondre à ses besoins. Cependant, la fonction d’un besoin comblé est de nous permettre d’être à notre meilleur. Si je ne m’organise pas pour être à mon meilleur, qui le fera? Si je n’informe pas mon entourage de ce qui se passe actuellement, je leur rends une fausse image de moi et je crée ainsi un écart entre leurs attentes et ce que je suis capable de livrer. Et invariablement, la pression se mettra de la partie et j’ouvrirais la porte à des conflits et des déceptions possibles.

L’exercice le plus difficile pour l’humain dans ces situations c’est de faire taire l’égo qui veut nous culpabiliser de ralentir la cadence ou encore de faire les choses d’une autre façon que ce à quoi nous sommes habitués. Notre défi est de ramener notre focus sur les possibilités et non les limites. C’est de devenir son meilleur allié en faisant preuve de douceur et de compassion plutôt que son ennemi en faisant preuve de dureté, de jugement et de ressentiment.

Afin de vous créer une année 2013 facile et inspirante, je vous pose la question suivante : quels besoins tentent de se faire entendre en vous en ce moment?

En quoi votre vie sera différente lorsque vous les comblerez? Et qu’est-ce qui vous permettra d’être constamment à l’écoute de vos besoins en 2013? Quels moyens et processus pouvez-vous mettre en place pour que vous puissiez être à votre meilleur en 2013?

Bonne réflexion et passez une excellente semaine!

Chaleureusement,

Chantal


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *