Blogue

La qualité de votre gestion découle de la qualité de votre présence

J’ai le beau privilège d’écrire pour la Société Thomson Reuters et ce mois-ci je partage avec vous mon texte sur la qualité de présence. C’est par votre qualité de présence que vous allez vous démarquer auprès de vos employés comme dirigeant et gestionnaire. Ce muscle à développer est essentiel pour ceux qui souhaitent avoir plus d’impact comme leader.
Bonne lecture et je vous souhaite un excellent mois de mai!

INTRODUCTION

Un des piliers des fondements d’un leadership fort et inspirant est la conscience de soi. La conscience de soi est la capacité à être et à rester connecté à soi, peu importe ce qui se manifeste dans votre quotidien. C’est votre capacité à être à l’écoute de ce qui se passe en vous (pensées, émotions, réactions) pour pouvoir avoir l’heure juste et prendre les meilleures décisions en fonction du contexte et non seulement en fonction des objectifs et résultats attendus.

 

I– DÉFINITION DE LA QUALITÉ DE PRÉSENCE

La conscience de soi est donc la présence à soi. Et lorsque nos muscles de conscience de soi sont bien entraînés, il est beaucoup plus facile d’offrir une qualité de présence à l’autre, indépendamment des circonstances extérieures. Par exemple, être présent à soi et aux autres veut dire :

  • Lorsque j’exécute une tâche, m’attelle à un projet, débute une réunion, j’accepte d’être à 100 % présent dans mon esprit : je ne pense pas à autre chose et je ne me laisse pas distraire par autre chose. Je suis à 100 % présent dans le présent.
  • Lorsque je suis en rencontre avec mes employés, je ne me laisse pas distraire par les interruptions (courriels, téléphone, arrivées impromptues, etc.) : je suis pleinement présent à ce qu’on partage avec moi.
  • Lorsque j’écoute, j’écoute aussi le contexte de la personne et non seulement ses mots. Par contexte, je suis à l’écoute de : son niveau de stress, de peur, d’enthousiasme ou de pessimisme, sa capacité à déléguer, ses habitudes émotionnelles, ses croyances, ses besoins, etc. Tout ce contexte me donne de l’information « 360 degrés » qui m’aide à mieux soutenir les membres de mon équipe, les développer et prendre de meilleures décisions.
  • Lorsque je sens qu’il faut « dévier » de trajectoire pour un moment et mieux y revenir plus tard: j’accepte d’être flexible et agile face aux imprévus et à ce qui demande mon attention et mes actions. Je ne suis pas en réaction face à ce fait, car je suis conscient que l’atteinte des résultats passe rarement par une trajectoire en ligne droite.

 

II– L’IMPORTANCE DE DÉVELOPPER SA QUALITÉ DE PRÉSENCE

On commence à entendre de plus en plus parler d’agilité et de tranquillité lorsqu’on fait allusion au leadership maintenant souhaité dans les postes de gestion. Ce qui permet au gestionnaire de développer son agilité et sa tranquillité intérieure face aux défis quotidiens est, d’abord, l’habileté d&rrsquo;être conscient de soi, de ses « patterns » émotionnels et de ceux qui l’entourent pour pouvoir continuellement réguler les comportements, attitudes et décisions en fonction du contexte en place.

Dans mes fonctions de coach et de formatrice, j’observe que les gestionnaires qui ont moins d’habiletés à s’observer et à être objectifs face aux enjeux émotionnels ont beaucoup de difficultés à exercer un leadership qui suscite la confiance et l’inspiration chez leurs employés.

On souhaite aussi voir les gestionnaires évoluer davantage vers un rôle d’accompagnement et de développement des talents et des compétences au sein de leur équipe. Pour ce faire, il est nécessaire que le gestionnaire soit très au fait de ses propres talents et compétences, tout autant que de ses limites et défis. Un gestionnaire qui se connaît bien et reconnaît autant ses limites que ses forces est un leader humble et ouvert d’esprit qui cherche à s’améliorer. C’est la base pour un gestionnaire qui a comme rôle et responsabilité de développer la meilleure version de ses employés : il commence par lui pour ensuite être en mesure de bien le faire auprès de son équipe.

Lorsque vous faites un effort conscient, au quotidien, à rester vigilant de vos habitudes de comportements, de réactions et de prise de décision, vous devenez ce dont les employés ont grandement besoin de votre part : un supérieur immédiat humain, à l’écoute, déterminé à bien développer ses ressources humaines, capable de ramener la coopération et l’innovation au sein de son équipe, tout en demeurant conscient du rôle de direction qui lui incombe.

Plus vous êtes conscient de qui vous êtes, vos forces, vos limites, vos intentions, vos ressources et plus vous êtes conscient de ces mêmes choses chez les gens de votre équipe et de votre environnement de travail, plus vous êtes en mesure de mieux comprendre et gérer vos réactions émotionnelles et celles des autres. Vous serez aussi mieux outillé pour devenir la meilleure version de vous-même et pour amener votre équipe à faire de même.

À l’inverse, les gestionnaires qui ne font pas ce virage rencontrent plusieurs difficultés à entrer en relation avec leurs employés et ceux-ci deviennent démotivés et désengagés avec le temps. Il est prouvé que le rendement, la loyauté et l’engagement d’un employé sont directement proportionnels à la relation de qualité qu’il a avec son supérieur immédiat. S’il sent que son supérieur ne lui offre pas une écoute et une présence de qualité, un appui lorsqu’il en a besoin, du temps d’antenne régulièrement pour faire le point sur ses dossiers et son évolution, il le « prendra personnel » et cela se répercutera sur son degré d’engagement et son sentiment d’appréciation.

Rappelez-vous que les employés prennent la décision de se joindre à une organisation, mais quitteront leur supérieur immédiat si celui-ci n’agit pas en leader conscient et inspirant. Et s’ils ne le quittent pas physiquement, ils vont le quitter émotionnellement. Ceci coûte très cher en esprit d’équipe et en efficacité, ce qui peut détruire la fonctionnalité d’une équipe assez rapidement.

 

III– PRENDRE L’ENGAGEMENT

Il est donc essentiel que les gestionnaires comprennent l’importance de développer leur qualité de présence pour améliorer leur qualité de gestion. C’est un beau défi dans la rapidité avec laquelle les choses se bousculent dans les organisations. Si vous vous donnez l’excuse du manque de temps – car je l’entends souvent! – votre « focus » n’est pas au bon endroit. Vous n’aurez jamais plus de temps. Votre banque de temps est statique. Cependant, lorsque vous décidez que c’est un besoin prioritaire, c’est à ce moment que vous y faites de la place et vous le faites arriver : lorsque les priorités sont bien identifiées, les décisions qui en découlent s’alignent avec celles-ci.

Faire le choix d’être un leader réellement présent à soi et aux autres est un choix exigeant, mais combien gratifiant! C’est un beau cadeau que votre rôle vous permet de développer. C’est une opportunité d’évoluer et de grandir comme être humain d’abord, comme gestionnaire, leader et coach ensuite. C’est le cadeau du don de soi au service d’une contribution plus grande que soi. C’est se rappeler qu’à la base, le rôle d’un leader, c’est d’être au service des autres en premier lieu et non à son service d’abord. Pour inspirer, diriger, mobiliser et développer. Les autres et soi-même.

Le gestionnaire reconnu pour sa qualité de présence a une facilité à entrer en relation avec les autres, il aime être à leur écoute pour les comprendre et mieux les connaître. Il est à la recherche de leurs forces et talents cachés lorsqu’il les écoute. Il croit profondément en la capacité des gens à exceller et il met en oeuvre les ressources, les moyens et les occasions pour développer leur plein potentiel. Il s’attend donc au meilleur de leur part et il les responsabilise en leur donnant des directives et des balises claires en lien avec leurs rôles à jouer, les tâches à accomplir, les défis à relever et les soutient avec empathie dans les étapes à concrétiser.

 

CONCLUSION

La capacité à vous observer et à vous adapter humainement aux besoins de vos responsabilités vous permettra « par la bande » de mieux gérer votre stress, de développer votre intelligence émotionnelle, de redonner un sens plus profond à votre rôle et à vos talents. C’est un beau moyen de restaurer votre capacité à demeurer optimiste et flexible face aux exigences et défis que vos responsabilités comportent.

Ce mois-ci, je vous invite donc à intégrer le muscle de la conscience de soi au quotidien et à élever votre niveau de leadership et d’influence positive à un nouveau niveau!

Voici quelques moyens pour activer votre conscience de soi :

  1. Prenez régulièrement des pauses de deux minutes pour faire un « scan » des émotions qui vous habitent ces derniers jours : est-ce la joie, l’espoir, l’engagement, la peur, le découragement ou la démotivation ? Où se logent-elles dans votre corps? Quels sont les impacts de ces manifestations dans votre corps sur vos pensées? Sur vos comportements? Vos décisions? Votre qualité de présence?
  2. Prenez l’habitude de « vous enlever du chemin » lorsque vos employés et vos collègues vous parlent : faites taire vos pensées, jugements et perceptions et écoutez réellement le contexte de leur partage. Qu’entendez-vous réellement? Que percevez-vous différemment? Comment pouvez-vous être d’une aide différente, adaptée à leur contexte?
  3. Observez ce qui vous fait régulièrement sortir de vos gonds : qu’est-ce qui est réellement à la source d’une telle réaction? Quelles sont les croyances et perceptions qui nourrissent cette réaction? Qu’est-ce qui pourrait vous ramener rapidement dans un espace de calme et de présence au moment présent?
  4. Observez les fois où vous êtes dans le passé ou le futur dans vos pensées et votre discours : comment cela influe-t-il sur votre qualité de présence à ce qui se passe dans le présent?
  5. Observez ce qui vous rend impatient, irritable ou ce qui vous déconcentre lorsque vous êtes en présence des membres de votre équipe : ce sont des obstacles à être présent à soi et aux autres. Prenez le temps de bien saisir ce qui vous déstabilise. Communiquez au besoin vos attentes et faites des ententes dans le but de maximiser la qualité de présence et de gestion de chacun au sein de l’équipe.
  6. Prenez l’habitude de faire un mini-bilan de votre journée/semaine : quels ont été les bons coups pour vous et pour votre équipe? Qu’est-ce qui a été une belle découverte? Si c’était à refaire, que feriez-vous de différent? Si vous aviez à donner de la rétroaction ou de la reconnaissance à quelqu’un, ce serait à qui? Cet exercice de présence vous aidera à bâtir vos muscles et à vous donner de nouveaux points de repère pour parfaire votre qualité de gestion. Lorsque vous avez l’esprit clair sur ce qui se passe, sur qui vous êtes réellement, les ressources à votre disposition, les opportunités à venir, etc., vous pouvez mieux arriver à une présence de qualité qui reflète la confiance, la solidité, le respect, l’ouverture et le non-jugement.

Bonne réflexion et conscience de soi!

 

* Chantal Binet, coach de gestion, formatrice, auteure et conférencière en gestion et leadership, www.chantalbinet.com, coach@chantalbinet.com.

Éditions Yvon Blais, une société Thomson Reuters.

©Thomson Reuters Canada Limitée. Tous droits réservés.

 

 

© Tous droits réservés. Ce texte a été créé et rédigé par Chantal Binet – Coach Inc. Si vous souhaitez le partager, nous vous demandons de le publier dans son intégralité et en totalité, en citant sa source.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *