Blogue

Reconnecter avec la lenteur

Je vous reviens après un long moment de pause que j’ai vraiment apprécié! Les mois de juillet et d’août ont été pour moi une période de ressourcement, de repos, de récupération, de lectures et de reconnexion avec la lenteur.

Moi qui étais « allergique » à la lenteur avant que je ne commence à avoir des ennuis de santé qui m’ont forcée à ralentir, j’apprécie aujourd’hui ses cadeaux et ses enseignements. Je ne fais plus les choses rapidement – je devrais dire, très rapidement – je fais les choses consciemment. Ce qui veut dire que je prends maintenant le temps de me donner un 30 secondes de temps de pause avant de passer d’une tâche à l’autre pour me recentrer sur mon intention – ce que je désire réellement accomplir à travers cette tâche, cet appel, cette décision, etc. – et je me recentre sur l’état d’esprit dans lequel je veux passer à l’action et comment je veux me sentir à la fin.

C’est fou l’impact positif que m’apporte cette nouvelle vision de faire les choses. Je passe d’abord par le « être » – l’état émotionnel dans lequel j’avance et que je veux me sentir pendant et après – et le « faire » se passe tellement mieux. Tout coule plus facilement et souvent, curieusement, plus rapidement. Bien sûr, ça demande de développer de nouveaux muscles, surtout pour les hyper-performants comme moi, et une vigilance accrue de soi et de ses intentions. Et une fois que nous avons goûté à ses bénéfices, difficile de revenir en arrière!

Cette nouvelle approche m’a permis d’y découvrir de nombreux cadeaux :

  • La « zénitude » et la sérénité sont maintenant beaucoup plus souvent au rendez-vous.
  • Je ne carbure plus à l’adrénaline pour faire avancer les choses et mon niveau d’énergie s’en trouve décuplé et est beaucoup plus constant.
  • Le doute et les peurs de ne pas y arriver, de ne pas faire les choses à la hauteur, de ne pas performer font place une confiance renouvelée en mes moyens et mes talents.
  • Je ne cherche plus autant à performer, mais plutôt, à me sentir bien, calme et en paix en avançant vers mes désirs et projets.
  • Je ne me demande plus de quoi j’ai l’air et je ne me compare plus à d’autres entrepreneurs hyper-performants… Mon égo s’est donc tue à bien des égards et ça aussi ça redonne de l’énergie qui se volatilisait à mon insu!.
  • Je suis moins sévère avec moi : les vieilles attentes qui me poussaient constamment dans le dos et mettaient de la pression sur mes épaules ont été remplacées par la joie et la bienveillance de faire les choses à un rythme beaucoup plus naturel pour un être humain.
  • Je suis plus fière de moi, j’ai plus de patience envers moi et je ne me réprimande plus lorsque j’entends mon mental faire une tentative pour revenir à ce qu’il a connu ces dernières 25 années.
  • Je suis beaucoup moins attachée au rythme des autres et mes attentes envers eux.
  • Je redécouvre toute la créativité et l’imagination qui m’habitent, car elles ont tellement plus d’espace pour émerger – plutôt que de me dire tout le temps que je n’ai pas le temps…
  • Je redécouvre aussi qu’un corps humain ne peut pas toujours aller à une vitesse folle et qu’il est beaucoup plus efficace et compétent lorsqu’on lui permet de reprendre son rythme naturel.

 

Ça fait beaucoup de cadeaux! Suffisamment pour que je désire ardemment poursuivre mon apprentissage et solidifier ces nouveaux muscles. Lentement ne veut pas dire d’aller à pas d’escargot pour moi; ça veut simplement dire de ne pas toujours me lancer rapidement, avec intensité et sans écouter ce qui se passe en moi et autour de moi.

Le focus sur nos objectifs et les résultats souhaités, c’est bien, mais de toujours y arriver avec le même rythme intense nous amène en déséquilibre profond plus le temps passer et que nous répétons cette habitude. Et une fois le déséquilibre installé depuis longtemps, il est beaucoup plus difficile de défaire les habitudes qui y nous ont menées, car nous sommes attachés, bien souvent inconsciemment, à ce que l’adrénaline nous apporte.

Sachez que l’adrénaline utilisée à long terme nous amène à être dans un état de survie. Le cerveau ne fait plus la différence à un moment donné entre « l’urgence » d’une tâche ou d’un échéancier que l’on s’est donné et un vrai lion qui court après nous pour nous attaquer. Pour lui, c’est toujours un lion qui nous poursuit et notre corps est ainsi fait que nous avons accès à une réserve d’adrénaline de 20 minutes pour nous sauver et pour nous aider. Il nous envoie toute l’énergie nécessaire pour courir et mets les organes non- nécessaires à la course en veilleuse pour nous aider (foie, estomac, intestins, etc.).

Si ça fait longtemps que vous « courrez » au succès, au profit, aux échéanciers et après tout le travail qui reste toujours à faire, sachez qu’il est temps pour vous d’apprivoiser à nouveau une certaine lenteur et intégrer graduellement un nouveau rythme pour rééduquer votre mental et les mécanismes de votre corps pour qu’il soit vraiment à votre service.

Exercice du coach : je vous invite simplement à deux choses dans les prochaines semaines :

  • Soyez un observateur vigilant de vos habitudes de vitesse : dans quel état d’esprit approchez-vous votre rôle, vos responsabilités, votre processus de décision, vos tâches, vos échéanciers, vos projets, vos communications, vos relations? Si vous faites un constat que la rapidité semble faire partie constante de vos réflexes, où aimeriez-vous débuter à exercer un certain ralentissement pour être plus efficace, présent, confiant et calme?
  • Pour vous inspirer, faites-vous cadeau de la lecture du livre de mon amie Marie-France Gaumont, « Le jour où la lenteur s’est emparée de moi » : je m’y suis tellement retrouvée et j’ai tellement ri de moi grâce à son style d’écriture unique, ludique, directe et inspirant! Vous allez adorer et vouloir l’offrir en cadeau.

 

Pour en savoir plus sur Marie-France et ce qui l’a menée à écrire son premier essai :
http://www.lapresse.ca/le-droit/arts-et-spectacles/livres/201705/05/01-5095154-leloge-de-la-lenteur.php

ET :
http://ici.radio-canada.ca/emissions/les_matins_d_ici/2015-2016/chronique.asp?idChronique=433650

Pour se le procurer :
http://www.renaud-bray.com/Livres_Produit.aspx?id=2178164&def=Jour+o%c3%b9+la+lenteur+s%27est+empar%c3%a9e+de+moi(Le)%2cGAUMONT%2c+MARIE-FRANCE%2c9782895375494

C’est une joie de vous retrouver et je vous souhaite de belles percées à vous observer et bonne lecture!

Chaleureusement, Chantal


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *